Belle Epoque – Elizabeth Ross

9782221139158Informations : 
Auteur : Elizabeth Ross
Titre VO : Belle Epoque
Edition : Robert Laffont – Collection R
432 pages
17,90€
.
Quatrième de Couverture : 
Lorsque Maude Pichon s’enfuit de sa Bretagne natale pour échapper à un mariage dont elle ne veut pas, elle monte à Paris, ville-lumière en ébullition à la veille de l’exposition universelle de 1889. Hélas, ses illusions romantiques s’y évanouissent aussi rapidement que ses maigres économies. Elle est désespérément à la recherche d’un emploi quand elle tombe sur une petite annonce inhabituelle :  » On demande de jeunes filles laides pour faire un ouvrage facile.  » L’Agence Durandeau propose en effet à ses clients un service unique en son genre : le repoussoir. Son slogan ?  » Louez un faire-valoir, vous en deviendrez d’emblée plus attirante.  » Étranglée par la misère, Maude postule… Monsieur Durandeau a déjà amassé une petite fortune grâce à sa riche clientèle, et quand la Comtesse Dubern vient chercher une compagne pour Isabelle, sa fille aux idées bien arrêtées, Maude est immédiatement choisie comme faire-valoir idéal. Mais Isabelle ne sait pas que sa nouvelle  » amie  » n’est en fait que de location, et l’existence de Maude au sein de l’aristocratie repose entièrement sur sa capacité à garder ce lourd secret. Pourtant, plus elle en apprend sur Isabelle, et plus sa loyauté envers la Comtesse est mise à l’épreuve. Et plus la tromperie dure dans le temps, plus Maude aura à perdre…

.

Mon Avis : 
J’ai été conquise. Voilà comment tirer profit de la littérature classique pour faire un roman poignant mais aussi intelligent. 

J’avais commencé à lire ce livre et je me suis dit que ce serait bien de lire la nouvelle avant de continuer la lecture du roman. Ce roman est tiré de la nouvelle « Les Repoussoirs » d’Emile Zola. Le fait que la nouvelle se trouve à la fin du livre est une excellente idée, j’ai pu m’y plonger de suite et j’ai adoré la nouvelle. Oui, oui, ça m’a donné envie de m’essayer davantage au classique, mais ça m’a également permis de lire le livre sous un autre angle. 

Elizabeth Ross mène tambour battant un livre intelligent et bien mené. Du début à la fin on suit l’aventure de Maude Pichon qui n’a rien pu trouver de mieux que de travailler en tant que repoussoir. Un travail repoussant, mais un salaire plus qu’alléchant. Ca lui suffit momentanément pour ravaler sa fierté. J’ai plus qu’aimé les différents message du livre. Ce livre porte sur l’éducation, le féminisme, la subjectivité de la beauté, mais surtout la vanité. Tant de sujets qui restent d’actualité. Tout du long, j’ai vécu avec Maude son parcours tantôt euphorisant, tantôt glaçant. Bien que d’emblée, l’aristocratie vend du rêve avec ses plumes et paillettes, bien vite on se prend à détester cet univers superficiel qui ne cours qu’après l’argent, le paraître et le pouvoir. Tant de brillantes façades qui cachent des facettes détestables et carrément pourries. 
On nous apprendra au travers de ce livre que finalement la stupidité, la cupidité et la vanité peuvent être vaincues avec intelligence et finesse car ça ne fait pas tout. Il m’est difficile d’en parler tant ce livre est à mettre entre toutes les mains de toute urgence. Un coup de coeur, qui m’a donné envie de revisiter les classiques car finalement les classiques sont plus que de simples classiques. 
.
Maude est un personnage fouillé et plus qu’intéressant. On a une jeune femme qui passe un entretien d’embauche sans trop avoir lu correctement l’annonce et dont la nature lui fera un choc et la rebutera. Mais le besoin l’emportera sur la fierté. Maud est une jeune femme courageuse et profitera de la situation pour avancer et s’instruire avec Isabelle, même si cela va à l’encontre de la mission qui lui a été donnée. Une jeune femme forte qui ne rêve qu’aller de l’avant et s’élever et évoluer et ne pas rester la petite vendeuse dans la bretagne condamné à être mariée de force. Il y a une évolution étonnante et et géniale, au lieu de subir, elle prend la situation à bras le corps, même si cela aura des répercussions sur sa situation personnelle. De la jeune femme, on suit l’évolution d’une femme qui en veut plus, une femme qui trouve enfin sa place dans la vie. 
.
Ce livre est vraiment bien écrit. On retrouve une plume qui est en phase avec l’époque, donc logique. L’auteur a su tirer le meilleur de cette nouvelle qui a un potentiel inexploité par Zola. C’est probablement ce qui me donne envie de faire un câlin au livre parce que Elizabeth Ross a donné vie à cette nouvelle comme je le voulais. C’est un pari réussi, bien écrit, plus que jamais d’actualité, mais aussi intelligent. C’est vraiment un livre à mettre entre toutes les mains et qui pourrait être un parfait tremplin vers la littérature classique et son exploitation. J’aurais tant aimé le lire dans le cadre scolaire au lieu de « La Reine Margot » qui a presque failli me traumatiser à vie … !
Publicités

3 commentaires sur « Belle Epoque – Elizabeth Ross »

  1. Ce n’est pas forcément mon genre de lecture a la base, mais je t’avoue que ta chronique ainsi que le résumé me donnent très envie de le lire 🙂 je l’ajoute a ma Wishlist !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s