Dites au Loup que Je Suis Chez Moi – Carol Rifka Brunt

51zohmxz-dlInformations :
Auteur : Carol Rifka Brunt 
Titre VO : Tell the Wolves I’m Home
Editions : 10-18
504 pages
8,80€

Quatrième de Couverture : 
Nous sommes au milieu des années 1980, aux États-Unis. June est une adolescente taciturne, écrasée par une sœur aînée histrionique et des parents aussi absents qu’ennuyeux. Depuis sa banlieue triste du New Jersey, elle rêve d’art et de son oncle Finn, un peintre new-yorkais reconnu. Mais Finn est très affaibli et meurt bientôt de cette maladie qu’on n’évoque qu’à demi-mot, le sida. Inconsolable, la jeune fille se lie d’amitié avec un homme étrange, Toby, qui se présente comme l’ami de Finn. Confrontée à l’incompréhension de son entourage, et à la réalité d’une maladie encore honteuse, June va brusquement basculer dans le monde des adultes et son hypocrisie.

Mon Avis :
J’ai aimé l’ambiance que plantait la quatrième de couverture, du coup je me suis laissée tenter et sans regrets …

June est une jeune fille qui profite des derniers instants que son oncle a à offrir avant qu’il ne meure du sida. Sida qui est une maladie tabou, on en sait pas trop grand chose sinon que c’est contagieux. Même si la contagion supposée telle qu’elle est nous semble ridicule à présent, à l’époque c’était toute une affaire. Proche de la paranoïa, les gens s’imaginaient que même le moindre contact pouvait être contagieux. C’est dans ce contexte que l’auteur nous propulse du point de vue de June, jeune adolescente hors norme mais tellement attachante. June est la filleule de son oncle Finn, grand artiste peintre reconnu mais qui ne produit plus. Mais Finn est malade de cette maladie qui fait si peur, de cette maladie qui tue dans le silence et la solitude. Dans cette ambiance lourde et triste, on suit June et sa soeur se faire peindre un portrait une dernière fois. Car Finn souhaite saisir toutes les subtilités des personnalités de ses nièces. Ce portrait aura des conséquences multiples sur la vie des deux soeurs mais surtout sur celle de June. Finn étant malade et sur la fin … il profite de tous les instant avec sa filleule et nièce avec qui il a noué un lien très particulier. Tellement particulier que ce lien va rapprocher son compagnon et sa nièce dans le plus grand secret une fois qu’il sera décédé.
C’est l’histoire de ces deux personnes qui ont perdu l’être le plus cher au monde qu’on va suivre. Une histoire sur le fil et fragile. Une histoire qui va se révéler étonnamment forte, une histoire plus forte que toute amitié, plus spéciale que si c’était un membre de la famille. J’ai été touchée par ces deux petits coeurs brisés qui s’apprivoisent de manière fragile. La mise en place a été longue, mais une fois la première centaine de pages dépassée on arrive dans la partie douloureuse et ensuite l’appréhension de l’autre. Une fois cette partie dépassée, il suffit de se laisser porter par la poésie de la plume de l’auteur.
J’ai beaucoup beaucoup aimé ce titre. C’est une découverte que j’ai adoré avec une fin à vous fracasser le coeur. Mais la poésie est tellement présente que j’ai envie de faire un câlin à ce livre qui est tel un doudou pour le coeur … 

Je ne sais pas qui j’ai le plus aimé dans ce bouquin. June pour son côté marginal et original dans lequel je me reconnais. Une fille qui ne se retrouve pas dans un moule classique et qui en fait donc une jeune fille qui ne ressemble à aucune autre. Tobby pour son côté terriblement attachant et solitaire ou la soeur de June qui semble dans une détresse qu’elle ne sait pas exprimer autrement que par l’agressivité et la colère. 
Chacun des personnages ont leur valeurs dans le livre, il ne sont pas là pour être là. Ils ont tous une importance et une incidence sur l’histoire. 

S’il est un livre au rythme lent mais puissant dont je pourrais vous en conseiller la lecture, ce livre en ferait partie. Que ce soit par la poésie, par l’histoire ou encore les personnages, l’auteur nous propulse dans cette histoire douloureuse mais belle. Ce n’est qu’une fois la fin du récit qu’on comprend pourquoi le tableau porte le titre du livre. Mais l’auteur nous fait comprendre que c’est parfois dans la douleur que l’on apprend à mieux comprendre et connaître l’autre. La fin saura vous fissurer le coeur, soyez en sûrs … 

Acheter sur Amazon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s