Le Camp – Christophe Nicolas

41umoNKcVHLInformations : 
Auteur : Christophe Nicolas 
Edition : Fleuve Edition – Outre Fleuve 
400 pages
19,90€

Quatrième de couverture : 
Un homme sort de terre, décharné, nu, un collier de métal autour du cou. Rassemblant ses dernières forces, il escalade un grillage et fuit, enfin libre. Le lendemain, il est retrouvé mort. 
Six ans plus tard. Flora emménage dans la maison familiale au lieu-dit La Draille. Cyril est venu l’aider, et Marie, sa compagne, doit les rejoindre le lendemain. Mais à son arrivée, Cyril et Flora ont disparu. Le village est désert. Vidé de tous ses habitants au cours de la nuit. 
L’armée, une horreur indicible et la lâcheté des hommes séparent désormais Cyril et Marie.

Mon Avis :
A la fin de la lecture il m’a été difficile de dire si j’avais aimé ou pas. Il y avait de bons éléments mais ça manquait aussi clairement d’autre chose. 

Avec le recul, cette lecture bien que sympathique n’était pas non plus transcendante. Durant les trois quart du livre on se demande ce qu’il se passe. Pourquoi la situation a autant dégénéré ? C’était long à venir et une fois la révélation et la fin de l’intrigue, la seule chose que je me suis dit est « c’est tout ? ». Et j’en suis tristesse parce que l’idée de base est bonne.

Pour être honnête, j’ai énormément de mal à rédiger ma chronique parce que le livre part dans tous les sens et que la fin m’a laissée dubitative. La dernière page m’a juste m’a juste laissée coite. Je me suis dit, tout ça pour CA ? Sans oublier que beaucoup de questions restent en suspens.

Je m’explique, nos personnages se retrouvent dans une boîte sans aucune issue avec bouillie qui a une couleur douteuse et une eau autonettoyante. Cette boîte les lave et nettoie la boîte étant donné qu’ils font tout dans cette boîte. Mais ils en sortent comme par enchantement. Pourquoi ? On ne le sait pas. Il y a des cratères dans de grandes villes, des cratères bien nets, bien circulaires. Trop pour être l’origine de bombes humaines.
Dehors, c’est la « guerre », les grandes villes sont évacuées et des genres de camps se forment en attendant que les réfugiés soient hypothétiquement évacués vers un camp plus confortable.

Ce qui m’a gêné, c’est l’attente. On sait que quelque chose d’anormal, mais la raison tarde à venir. Et c’est long. Trop long. D’autant que la fin ne répond en rien à certaines questions, notamment le retour de Cyril. Pourquoi est-il revenu ? Qu’est-ce qui lui est arrivé apporte au récit ? 
Je dirais que sa disparition était nécessaire pour apporter la fracture dont l’auteur avait besoin dans le récit. Quant à l’utilité de ce qui lui arrive dans le récit et son retour, j’ai du mal à saisir. Il disparaît dans sa boîte mais revient mais à aucun moment on ne sait pas pourquoi et on ne le saura pas. Je regrette ce fil rouge de l’histoire qui se révèle absent. Parce que c’est justement ce qui était intéressant, ce côté science-fiction. Pour la fin l’auteur ne nous dévoile qu’une partie de l’intrigue et nous laisse sur la faim. Je m’accrochais à cet espoir, mais non. 

En somme l’idée était bonne, mais j’aurais aimé qu’elle soit plus fouillée plus axée sur la science-fiction. Bien sûr le côté humain est très intéressant et montre que l’homme peut très vite retomber dans des dérives sectaires. Mais l’auteur insiste tellement sur le côté surnaturel de la catastrophe, que ce côté humain et extrémiste semble dérisoire. Une bonne idée, juste mal exploitée à mon sens … 

Acheter sur Amazon

Publicités

3 commentaires sur « Le Camp – Christophe Nicolas »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s