La Vérité sur Alice – Jennifer Matthieu

couv34766516Informations :
Auteur : Jennifer Matthieu
Titre VO : The Truth About Alice
Edition : Pocket Jeunesse
Date de parution : 4 février 2016
204 pages
16,90€

Quatrième de Couverture :
« Les gens ne deviennent pas méchants et vicieux du jour au lendemain. Mais laissez leur un temps d’adaptation, et ils seront capables du pire. »
Au lycée de Healy, la vérité est une question de point de vue. Alice Franklin est une trainée. Tout le monde le sait. C’est forcément vrai puisque c’est écrit partout sur les murs des toilettes. On dit qu’elle a couché avec deux garçons d’affilée et qu’elle a provoqué la mort de l’un d’entre eux.
Tout le monde a sa vérité sur Alice : son ancienne meilleure amie, l’entourage de la victime, son admirateur secret…
Quelle sera la votre ?

Mon Avis :
Ce livre m’a terrassée quand je l’ai terminé. Pas tant par l’intrigue, mais plutôt par la probabilité de voir ce genre de schéma se reproduire dans la vie et pas seulement dans la vie d’adolescent. En ça, ce livre est tout simplement BRILLANT, parce que ce bouquin respire et transpire une réalité qu’on a tous connu, vécu ou même subi.

L’histoire est simple, on dit qu’Alice a chaud aux fesses, on dit qu’elle a couché avec deux garçons populaires en même temps … On dit même qu’elle aurait causé la mort d’un deux garçons en lui envoyant des messages explicites alors même qu’il était au volant de sa voiture. Il y a ceux qui y croient, ceux qui n’y croient pas mais n’hésitent pas à y aller de sa petite pierre à l’édifice tant on a peur de ne plus être dans ce groupe tant populaire et convoité et il y a ceux qui ne cherchent pas à savoir le vrai du faux et attaquent sans se rendre compte du mal qui est fait derrière.

Ce récit est le parfait exemple que toute histoire/dramas part d’un « on dit » et de la faiblesse qu’on a de se contenter que d’une version de l’histoire sans vouloir vraiment connaître plus ou croire une personne peu fiable.
Une personne qui prétend à certaines choses alors qu’elle ne cherche à être le centre du monde, avoir toute l’attention et l’amour des gens. Amour qui est surfait parce que ça ne se base que sur le vide intersidéral de la superficialité de la personnalité. Quand le vide intergalactique de notre vie nous fait jalouser les autres et nous transforme en horrible mégère à ragots pour se mettre en valeur et être le centre de toutes les attentions.
Horrible non ? Pourtant à un moment, nous avons tous été acteurs de ce schéma. Dans la vie privée, au travail ou la dans la blogosphère.

L’auteur ne fait l’impasse sur aucune typologie de personnages : le jaloux, le vexé, le lâche, l’indifférent et la victime. Chacun montre une facette de son visage, parfois ceux que l’on pense être nos amis sont de parfaits lâches prêts à tout lâcher pour une course éphémère à la popularité. Parfois les vrais amis sont ceux auxquels on ne s’attendaient pas et qu’on aurait même pas regardé et avec qui tout se fait tellement naturellement.
Toute cette palette de personnages est d’autant plus intéressante car chacun contribue à sa façon au harcèlement que subit Alice. Aucun des personnages n’est épargné car chacun y contribue, de près ou de loin. Car oui, c’est du harcèlement.

Ce livre est à mettre entre toutes les mains car il pousse la réflexion bien plus loin que la victime. Non l’auteur a l’audace de nous détailler la psychologie des contributeurs à la destruction d’une personne à cause d’un « on dit que ». Et comme chacun on est l’acteur de ce livre, je pense qu’il est vraiment primordial de le mettre entre toutes les mains et de le décortiquer pour en faire l’analyse et d’en discuter avec des jeunes pour prévenir tout comportement reproductif par la suite.

Réfléchissons à deux fois avant de raconter, d’attaquer, mettre de côté quelqu’un qui aurait dit ou fait des choses qui ne sont pas vérifiables, dont on n’est pas sûrs car je ne connais que peu de gens qui seraient fiers d’être tous les personnages cités plus hauts …
Et surtout ne nous enfermons pas dans notre seule version de l’histoire car finalement, ce n’est pas à la personne en face de nous que nous faisons du mal, mais à nous même car on ne détient pas la parole d’évangile.

Alors mes questions sont :

  • peut-on vraiment s’attaquer à une personne quand l’histoire ne nous concerne pas et qu’on ne connaît qu’une seule version de l’histoire ?
  • ne serait-il pas mieux de laisser les petits nerveux s’énerver dans leur coin plutôt que de foncer avec eux dans une histoire qui n’a pas lieu d’être ?
  • faut-il vraiment prendre ce que dit notre « ami » pour argent comptant ?
  • comment peut-on prétendre à prendre la cause du harcèlement à coeur et s’abaisser dans le même temps à lancer des ragots ?

Acheter sur Amazon

Publicités

Un commentaire sur « La Vérité sur Alice – Jennifer Matthieu »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s